« Punir la déviance religieuse à Rome », communication d’Hélène Ménard (9 mars 2018)

Hélène Ménard, maître de conférences en Histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, assurera une communication sur

« Punir la « déviance » religieuse à Rome, du sénatus-consulte des Bacchanales à la législation impériale contre les hérésies »

dans le cadre du colloque Figures contemporaines du théologico-politique (Montpellier, 9-10 mars 2018)

programme complet (pdf)

Résumé de la communication

La prise en compte par les sources normatives de ce que l’on pourrait qualifier de « déviance » religieuse permet d’envisager les rapports entre le religieux et le politique dans la Rome antique Lire la suite

Rencontres de Patristique: « Qui est mon ennemi? » (Sète, 29 juin-1er juillet)

Michael Pacher, Saint Augustin et le diable (XVe siècle), Munich, Alte Pinakothek, autel des Pères de l’Eglise

Les prochaines Rencontres de Patristique qui se tiendront à Sète (Hérault), du 29 juin au 1er juillet 2018, porteront sur le thème « Qui est mon ennemi? Altérité, adversité et charité. Les Pères face à la figure de l’ennemi ».

Ces Rencontres sont organisées conjointement par CRISES (EA 4424/Université Paul-Valéry Montpellier 3), l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès (PLH/CRATA), l’Université Catholique de Louvain (Belgique), l’Institut Protestant de Théologie de Montpellier, l’Institut des Etudes Augustiniennes (Paris), l’Institut des Sources Chrétiennes (Lyon) et la région Occitanie. Le comité organisateur est composé de Régis Burnet (Université Catholique de Louvain), Régis Courtray (Université Toulouse 2 – Jean Jaurès), Camille Gerzaguet (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Jérôme Lagouanère (Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Ces Rencontres sont ouvertes non seulement aux enseignants universitaires et aux étudiants, mais aussi au grand public.

Affiche (pdf)

Programme (pdf)

 

Warren Pezé, Le virus de l’erreur. La controverse carolingienne sur la double prédestination

Quatre siècles après Augustin, Pélage et Julien d’Éclane, la controverse sur la double prédestination (années 840-860), provoquée par la personnalité hors-norme du moine saxon Gottschalk d’Orbais, se ressaisit des rapports entre libre-arbitre et déterminisme avec, au cœur des discussions, l’effrayante perspective d’une prédestination à l’Enfer. Tout au long de ce qui est la plus longue controverse du IXe siècle, le clergé franc multiplie les traités et libelles et, concile après concile, se répand en anathèmes réciproques avant d’enterrer brutalement ce débat sans issue. Dans l’Ecclesia carolingienne, le conflit doctrinal est inextricablement lié aux luttes de pouvoir de la cour, aux tensions entre évêques, clercs, moines et laïcs, à la psychose des falsifications… Pour le décrire, une perspective multiple s’impose : analyse des réseaux à partir des sources diplomatiques, déconstruction du discours théologique à la recherche de sa raison sociale, et finalement survey des manuscrits en quête des notes marginales, réécritures et autres florilèges rassemblés à l’ombre du cloître. On mesure alors combien la controverse est structurée par le problème du contrôle de l’information, de la publicité et de l’opinion – autant de thèmes dont on recule souvent l’apparition à l’ère grégorienne, lorsque s’allument les premiers bûchers d’hérétiques de l’histoire occidentale.

Lire la suite

De l’usage des « cathares » en Histoire médiévale

par Uwe Brunn

« Cathares » (gr. les purs) est un nom qui décrit des réalités sociales différentes selon les époques. Les premiers textes du Moyen Âge qui l’emploient semblent se dresser contre une dissidence religieuse formée essentiellement de fervents adeptes de l’imitatio apostolique respectant à la lettre les écrits néotestamentaires et rejetant radicalement la tradition historique de l’Église catholique. En marge s’y mêlent des défenseurs tardifs des positions grégoriennes les plus radicales. Mais à cette base historique, les auteurs du XIIe au XXe siècle ont ajouté beaucoup de choses.
Lire la suite

Aux marges de l’hérésie, dir. Franck Mercier et Isabelle Rosé

Si l’histoire traditionnelle de l’hérésie au Moyen Âge s’est longtemps confondue avec celle des exclus de la société, l’approche récente se focalise davantage sur les diverses autorités qui, au cœur du pouvoir, élaborèrent la norme religieuse : l’hérésie n’existe que parce que l’orthodoxie en a d’abord décidé. Il reste que, loin de se présenter comme une essence immuable, elle s’impose tout au long du Moyen Âge comme un concept et une qualification d’une très grande plasticité. L’extension progressive du domaine de l’hérésie à de nombreuses formes de dissidence finit par lui assurer le statut d’un crime englobant. Cette enquête collective repose sur la conviction que c’est encore en se situant aux marges de l’hérésie, au contact d’activités répréhensibles voisines, telles que l’usure, la sorcellerie ou encore la rébellion politique, que l’on peut le mieux saisir les principes et les mécanismes de la fabrique de l’hérésie.

Franck Mercier et Isabelle Rosé sont maîtres de conférences en histoire médiévale à l’université Rennes 2 et tous deux membres du laboratoire de recherche TEMPORA (EA 7468).

Le volume a bénéficié du soutien HéPoS

Lire la suite

L’invention des cathares en vidéo

Au Moyen Âge, le mot « cathare » est utilisé pour la première fois en 1163, par Eckbert de Schönau, un abbé rhénan. Eckbert dit avoir rencontré lui-même des hérétiques appelés « cathares » et écrit un traité (Contra catharos) pour réfuter leurs doctrines qu’il décrit soigneusement. Sauf que de larges passages de son œuvre qui décrivent les erreurs de ces prétendus hérétiques de son temps… sont entièrement copiés de l’œuvre de saint Augustin (IVe siècle) qui, lui, avait décrit les erreurs des manichéens ! Et voilà que pour la première fois, sous la plume d’Eckbert, des hérétiques appelés « cathares » et censés avoir vécu au XIIe siècle se voient affublés de dualisme, une croyance à l’origine manichéenne. Bref, Eckbert a inventé les « cathares », un nom qui s’inspire aussi, d’ailleurs, de quelques groupes hérétiques de l’Antiquité. Lire la suite

Les hérétiques d’Orléans et le premier bûcher d’hérétiques en 1022 – vidéo

En 1975, Robert-Henri Bautier (1922-2010) a consacré un article capital à l’affaire de l’hérésie d’Orléans, en 1022, en mettant en lumière tous les enjeux de cette première condamnation d’hérétiques au bûcher[1]. La vidéo ci-dessous, inspirée de cette étude, a été visionnée près de 11000 fois sur Youtube, à ce jour.

*

[1] Robert-Henri Bautier, « L’hérésie d’Orléans et le mouvement intellectuel au début du XIe siècle : documents et hypothèses », dans Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970,  Section de philologie et d’histoire jusqu’à 1610, Paris 1975, 1 vol., p. 63-88. 

 

Les aveux de l’hérétique Pierre Chavaz de Vuitebœuf

Procès-verbal du procès inquisitorial intenté contre Pierre Chavaz de Vuitebœuf, accusé d’hérésie et de sorcellerie

(un commentaire de ce document à l’intention des professeurs et des élèves de lycée, rédigé par Martine Ostorero, est en ligne, sur le site memorado.ch)

Le 3 avril 1448. Suivent l’enquête ou le procès inquisitorial qui ont été menés par le vénérable frère Pierre d’Aulnay, de l’ordre des Prêcheurs, inquisiteur de la dépravation hérétique dans les cités de Lausanne et de Genève et en d’autres cités et lieux, spécialement délégué par le Saint-Siège apostolique, contre Pierre Chavaz de Vuitebœuf, fortement suspecté de crime d’hérésie, accusé par plusieurs de ses complices, dénoncé par la rumeur publique en raison de sa mauvaise réputation, et détenu par l’office de la sainte inquisition au château de Champvent, sur mandat de l’inquisiteur.
(…) Le samedi 13 avril 1448, à Champvent, dans la pièce arrière de l’étage supérieur, Pierre comparut devant les juges. En sa présence et pour tout délai, ces derniers l’exhortèrent charitablement à reconnaître la vérité à propos des actes d’hérésie qu’il avait commis. Pierre remercia humblement les juges implorant toutefois leur miséricorde. Les juges lui offrirent la grâce de la sainte mère Église. L’accusé promit alors d’avouer tout ce qu’il avait fait dans le crime d’hérésie et dit et confessa spontanément ce qui suit.
Lire la suite

Interview de Robert Moore sur l’invention des cathares – La Fabrique de l’Histoire (France culture)

Robert I. Moore (professeur émérite à l’Université de Newcastle, Angleterre) a participé à l’émission La Fabrique de l’Histoire (France culture) avec Emmanuel Laurentin, le 25 novembre 2016, interviewé sur le thème « Les Cathares: une invention de l’Eglise? »

écouter sur le site de France Culture 

ou sur Youtube

 

Le mirage cathare 1 / En Toscane

par Alessia Trivellone

C’est en ouvrant à nouveau, après plusieurs années, le volume The Concept of Heresy (1976), qu’un passage de l’article de Mariano d’Alatri sur l’Inquisition m’a sauté aux yeux. En parlant de l’activité inquisitoriale, l’historien capucin affirme :

« L’objet principal de l’inquisitio du juge de la foi c’est, en Italie aussi, le catharisme, qui au XIIIe siècle est l’hérésie par excellence : en effet, dans les actes d’inquisition, les cathares sont couramment appelés haeretici, sans autre qualification »[1].

La phrase a de quoi surprendre : elle laisse en effet entendre que l’écrasante majorité des actes d’inquisition ne mentionnent pas de cathares (en latin cathari ou catari), mais simplement des hérétiques (haeretici), et que c’est donc l’historien lui-même qui déduit, sans qu’il soit possible de comprendre comment, que ces hérétiques sont, en fait, des cathares.
La formulation de Mariano d’Alatri pourrait être classée comme étant une simple maladresse, si elle n’était en réalité révélatrice d’un phénomène d’une grande ampleur, commencé au milieu du XIXe siècle, que nous appellerons « le mirage cathare ». Lire la suite

« Inventer l’hérésie ? », l’ouvrage qui a bouleversé l’étude de l’hérésie…

Cet ouvrage collectif, publié sous la direction de Monique Zerner, Professeure d’histoire médiévale à l’Université de Nice, n’entendait pas bouleverser les méthodes de l’histoire : au contraire, les dix essais du volume se proposent de considérer les sources sur l’hérésie dans leur contexte de production, un procédé à la base de tout travail historien qui avait donné des résultats surprenants dans d’autres études sur l’hérésie (comme par exemple dans le livre d’Arsenio Frugoni sur Arnaud de Brescia, écrit en 1954 et traduit en français en 1993). Les résultats du volume niçois ont dévoilé la fragilité des lectures antérieures de l’hérésie et ouvert la voie à une autre interprétation de celle-ci : l’hérésie n’existe pas en elle-même, mais toujours en relation avec les pouvoirs qui la désignent et la définissent. L’accusation peut aussi être instrumentalisée contre des adversaires ou des opposants à ces pouvoirs.  Lire la suite

Le projet HéPoS

Depuis une vingtaine d’années, l’hérésie médiévale ne cesse de susciter des débats. En 1998, le volume collectif Inventer l’hérésie ?, fruit de plusieurs séminaires organisés à Nice par Monique Zerner, tombait comme un pavé dans la mare. Le propos principal des chercheurs de l’« école de Nice » n’était en principe pas révolutionnaire : ils se proposaient de « considérer les sources dans la logique de leur production ». Cette démarche menait toutefois inévitablement à mettre en évidence les « manipulations des textes par l’institution ecclésiastique ». Dès lors, les historiens se divisent sur des questions lancinantes : l’hérésie a-t-elle pu être inventée par ses persécuteurs afin de se débarrasser de leurs ennemis ? Quelle est la part de construction des hérésiologues du XXe siècle ? Qu’en est-il par exemple des cathares, omniprésents dans les publications sur l’hérésie, mais très rarement mentionnés dans les sources médiévales ?

En 2017, cinq laboratoires de recherche français ont formé un Groupement d’Intérêt Scientifique appelé HéPoS(Hérésie, Pouvoirs, Sociétés – Antiquité, Moyen Âge et Époque moderne) afin de poursuivre la recherche sur l’hérésie, sur les bases posées par l’« école de Nice » et sur la longue durée, du IIe au XVIe siècle. Ce carnet entend documenter et diffuser le travail de ce GIS (rencontres scientifiques, publications), tout en fournissant un support utile d’information et de documentation pour des chercheurs professionnels, des enseignants, des étudiants ou tout public intéressé à l’hérésie médiévale.

English version

 

 

Soirée débat – Paris, Césor, 17 mai 2018

Le CéSor (Centre d’études en sciences sociales du religieux, EHESS) consacrera sa soirée débats de mai, le jeudi 17 mai 2018 (17h30-19h30), à la question de l’hérésie au Moyen Âge (christianisme, judaïsme et islam).

Parmi les participants : Mathieu Terrier (spécialiste du chiisme ancien) et Julien Théry-Astruc (spécialiste des hérésies chrétiennes occidentales).

 

Séminaire sur les Fraticelles à l’EHESS

Simone Saltarelli, archevêque de Pise, admonestant Michel de Césène et Guillaume d’Ockham. Fresques d’Andrea di Buonaiuto (années 1360), Florence, Santa Maria Novella, Chapelles dite des Espagnols.

 

 

 

Sylvain Piron (EHESS) et Antonio Montefusco (EHESS) animent un séminaire appelé

Dissidences franciscaines (XIVe-XVe siècles) :
les circulations textuelles

Le lundi (dates ci-dessous), 11h-13h, à l’EHESS, 105 Bd. Raspail, salle 5 Lire la suite