Le mirage cathare 1 / En Toscane

par Alessia Trivellone

C’est en ouvrant à nouveau, après plusieurs années, le volume The Concept of Heresy (1976), qu’un passage de l’article de Mariano d’Alatri sur l’Inquisition m’a sauté aux yeux. En parlant de l’activité inquisitoriale, l’historien capucin affirme :

« L’objet principal de l’inquisitio du juge de la foi c’est, en Italie aussi, le catharisme, qui au XIIIe siècle est l’hérésie par excellence : en effet, dans les actes d’inquisition, les cathares sont couramment appelés haeretici, sans autre qualification »[1].

La phrase a de quoi surprendre : elle laisse en effet entendre que l’écrasante majorité des actes d’inquisition ne mentionnent pas de cathares (en latin cathari ou catari), mais simplement des hérétiques (haeretici), et que c’est donc l’historien lui-même qui déduit, sans qu’il soit possible de comprendre comment, que ces hérétiques sont, en fait, des cathares.
La formulation de Mariano d’Alatri pourrait être classée comme étant une simple maladresse, si elle n’était en réalité révélatrice d’un phénomène d’une grande ampleur, commencé au milieu du XIXe siècle, que nous appellerons « le mirage cathare ».

Gioacchino Volpe, Movimenti religiosi e sette ereticali…, cit., couverture de la réédition de 1961

Les exemples de ces « visions » sont innombrables. Florence et la Toscane ont suscité beaucoup de fantasmes en ce sens. Selon Gioacchino Volpe, en 1922, Florence serait ainsi « peut-être la première ville italienne à héberger l’hérésie cathare »[2], en 1173. La source documentant ce triste privilège ? Une courte note dans un manuscrit de la fin du XIIe siècle, que l’auteur prend soin de citer et de traduire :

« [en 1173] « à cause des patarins, on perdit l’office » (…), c’est-à-dire la ville subit l’interdit [pontifical] ».

On a beau lire et relire la même phrase, et les plus insatisfaits pourront aussi remonter à l’édition originale de la source en latin, les mots ne changent pas : le pape jeta l’interdit sur la ville « à cause des patarins », et non pas à cause des cathares. Mais, en 1963, Raoul Manselli insiste encore : c’est en 1173 qu’à Florence « apparaissent sans aucun doute des cathares »[3].

Raoul Manselli était lui-même un spécialiste du « catharisme florentin » : en 1950, il avait publié l’édition d’un compendium (une sorte de résumé de procès) inquisitorial concernant l’hérétique florentin Saraceno Paganelli, dans un article intitulé « Pour l’histoire de l’hérésie cathare à Florence »[4]. Dans l’article, comme dans le titre, l’historien explique que cette nouvelle source, jusqu’alors inédite, permet d’éclairer la présence d’un important réseau cathare qui, depuis Florence, s’étend à Pise et à d’autres villes de Toscane dans les années 1260. Après ces éclairages, le lecteur peut donc se pencher sur la source elle-même, fidèlement transcrite par Raoul Manselli à la fin de son article… pour finalement constater qu’aucun « cathare » ne trouve place parmi les « hérétiques », « hérétiques consolés » et « patarins » (pactareni) cités par l’inquisiteur.

Le réflexe qui consiste à trouver des cathares partout, et surtout là où il n’y en a pas, a des racines anciennes en Toscane. En 1899, Felice Tocco écrit un essai appelé « Ce qu’il n’y a pas dans la Divine Comédie, ou Dante et l’hérésie »[5]. Enfin, a-t-on envie de se dire, voilà un historien prêt à reconnaître qu’une source (en l’occurrence la Divine Comédie de Dante, écrite au début du XIVe siècle) peut ne pas parler des cathares ! Sauf que ce silence paraît bien étrange à Felice Tocco : dans cet essai, il se propose justement de chercher à comprendre pourquoi le poète florentin « s’obstine à passer sous silence l’hérésie de son temps » (p. 1), et surtout, le lecteur perspicace l’aura deviné, l’hérésie cathare. La réponse à une telle interrogation est trouvée au bout de quelques pages. A l’époque de Dante, l’hérésie cathare à Florence avait disparu et peut-être le poète ne s’était-il souvenu d’aucun nom des rares hérétiques de son temps méritant d’être rappelés : voilà qui l’aurait poussé à les taire définitivement (p. 9-10). Pourtant, Felice Tocco essaie bien de le démontrer, l’hérésie cathare avait « infecté » Florence au XIIIe siècle, comme l’attestent, dit-il, plusieurs documents inquisitoriaux dont il donne l’édition en annexe. Après avoir patiemment parcouru les quelque quarante pages en question (p. 34-78), ce n’est pas sans consternation que nous prenons acte que ces documents, peuplés surtout d’« hérétiques », « consolés » ou pas, et de quelques rares « patarins » et « patarines », parfois « consolé(e)s » aussi, et faisant même une référence à l’« erreur des manichéens », ne contiennent pas l’ombre de « cathares ».

Gropina (Arezzo, Toscane), église San Pietro, chapiteau du XIIe siècle avec personnages nus.

Ce mirage collectif a tendance à s’étendre, car, si pléthore d’historiens ont pu reconnaître des cathares dans des textes qui n’en parlent pas, que pourrait-on voir dans les images, à savoir des sources qui, par nature, sont sujettes à l’interprétation ? Et que se passe-t-il lorsque les historiens de l’art s’appuient sur les travaux d’historiens, sans vérifier les sources médiévales ? Ainsi, en 2002, le très sérieux chercheur Francesco Gandolfo faisait l’hypothèse que les chapiteaux de l’église de Gropina, dans le diocèse de Florence (et surtout les chapiteaux ayant un contenu scabreux) s’adressaient aux nombreux cathares présents à Florence et en Toscane, qui s’adonnaient à une forme de « libertinage ascétique »[6]

Le phénomène du « mirage cathare » est fascinant en lui-même : si tant d’historiens, en toute bonne foi (du moins pensons-nous), ont pu affirmer la présence des cathares en dépit du silence des sources qu’eux-mêmes éditaient et publiaient, c’est que cette vision doit avoir des ressorts puissants. Ce sont des ressorts que l’on devine pluriels, parce que le phénomène n’est pas propre à la Toscane, ni à certains historiens italiens, mais, comme des travaux scientifiques le répètent maintenant depuis au moins une vingtaine d’années, trouve une autre terre de prédilection dans le Midi français, là où une tradition historienne tenace a nourri le mythe d’un « Pays cathare », aujourd’hui devenu label commercial, en dépit du silence tombal des sources médiévales produites dans la région, qui ne citent jamais de cathares. Bref, une fois surmontée la surprise et mise à part toute forme d’ironie, il faut reconnaître que « le mirage cathare » s’impose comme un phénomène qui appelle à la plus grande considération et qui mérite d’être étudié en lui-même – en même temps, bien sûr, que ces sources médiévales, plus rares qu’on l’imaginerait, qui mentionnent effectivement des cathares…

*

[1] Mariano D’Alatri, « Eresie perseguite dall’Inquisizione in Italia nel corso del Duecento », dans The Concept of Heresy. Proceedings of the International Conference (Louvain, May 13-16, 1973), Willem Lourdaux et Daniel Verhelst, Louvain 1976, p. 211. Version originale italienne : « Oggetto primo della inquisitio del giudice della fede è, anche in Italia, il catarismo, che nel Duecento è l’haeresis per antonomasia : infatti, negli atti inquisitoriali, i catari son detti correntemente haeretici senza altra specificazione ».

[2] Gioacchino Volpe, Movimenti religiosi e sette ereticali nella società medievale italiana. Secoli XI-XIV, [1922], Florence 1961, p. 93.

[3] Raoul Manselli, L’eresia del male, Naples 1963, p. 287. L’italique de la citation est de notre fait.

[4] Raoul Manselli, « Per la storia dell’eresia catara a Firenze al tempo di Dante. Il processo contro Saraceno Paganelli », Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 62, 1950, p. 123-138

[5] Felice Tocco, Quel che non c’è nella Divina commedia, o Dante e l’eresia: Con documenti e con la ristampa delle questioni dantesche, Bologne 1899.

[6] Francesco Gandolfo, « Gropina : le vicende del programma decorativo di una pieve toscana », dans Medioevo. Immagini e ideologie, actes de colloque (Parme, septembre 2002), éd. Arturo Carlo Quintavalle, Milan 2005, p. 249-259 : notamment p. 255.

 

Pour citer cet article / to cite this post: Alessia Trivellone, « Le mirage cathare 1 / En Toscane », dans Hérésie, Pouvoirs et Sociétés – Le Carnet du GIS HéPoS, publié le 27 octobre 2017, https://hepos.hypotheses.org/361.