L’invention des cathares en vidéo

Au Moyen Âge, le mot « cathare » est utilisé pour la première fois en 1163, par Eckbert de Schönau, un abbé rhénan. Eckbert dit avoir rencontré lui-même des hérétiques appelés « cathares » et écrit un traité (Contra catharos) pour réfuter leurs doctrines qu’il décrit soigneusement. Sauf que de larges passages de son œuvre qui décrivent les erreurs de ces prétendus hérétiques de son temps… sont entièrement copiés de l’œuvre de saint Augustin (IVe siècle) qui, lui, avait décrit les erreurs des manichéens ! Et voilà que pour la première fois, sous la plume d’Eckbert, des hérétiques appelés « cathares » et censés avoir vécu au XIIe siècle se voient affublés de dualisme, une croyance à l’origine manichéenne. Bref, Eckbert a inventé les « cathares », un nom qui s’inspire aussi, d’ailleurs, de quelques groupes hérétiques de l’Antiquité.

La découverte du « plagiat » d’Eckbert n’est pas récente, car des historiens (comme Johann Carl Ludwig Gieseler, Herbert Grundmann ou Raoul Manselli) le signalent au moins depuis le milieu du XIXe siècle[1], mais toutes les conséquences de ce constat n’avaient pas été tirées. C’est en 2006 qu’Uwe Brunn a reconstruit minutieusement les enjeux de ces emprunts et toutes les stratégies employées par Eckbert pour donner de la publicité à son traité, et qui ont fini par assurer une certaine diffusion à son invention[2].

Dans le cadre d’un cours-atelier de Master 2 (Parcours Mondes médiévaux, CEMM, Université Paul Valéry Montpellier 3, année 2016-2017), Rémi Plotard et Sylvain Helft ont relevé le défi de réaliser une vidéo d’une dizaine de minutes sur l’invention des « cathares » par l’abbé Eckbert. Leur récit, d’une grande précision historique, est mis en valeur par la savante utilisation des techniques de montage, par le recours à des cartes et de foisonnantes miniatures médiévales, toujours choisies avec pertinence. L’exercice qui consistait à vulgariser des thèmes particulièrement complexes ou débattus de l’histoire médiévale par des supports autres que l’écrit scientifique, est parfaitement réussi.

Accéder à la vidéo

 

 

[1] Johann Carl Ludwig Gieseler, Lehrbuch der Kirchengeschichte, II, 2, Bonn 1848 (IVe édition), p. 544-548; Herbert Grundmann, Religiöse Bewegungen im Mittelalter, Berlin 1935, p. 24 et notes 21-26; Raoul Manselli, « Ecberto di Schönau e l’eresia catara in Germania alla metà del secolo XII », dans Id., Il secolo XII : religione popolare ed eresia, Rome 1983, p. 227-246 (cf. note 3 p. 228).

[2] Uwe Brunn, Des contestataires aux ’’Cathares’’ : discours de réforme et propagande antihérétique dans les pays du Rhin et de la Meuse avant l’Inquisition, Paris 2006.