Les aveux de l’hérétique Pierre Chavaz de Vuitebœuf

Procès-verbal du procès inquisitorial intenté contre Pierre Chavaz de Vuitebœuf, accusé d’hérésie et de sorcellerie

(un commentaire de ce document, rédigé par Martine Ostorero à l’intention des professeurs et des élèves de lycée qui souhaiteraient travailler sur le sujet, est en ligne, sur le site memorado.ch)

Le 3 avril 1448. Suivent l’enquête ou le procès inquisitorial qui ont été menés par le vénérable frère Pierre d’Aulnay, de l’ordre des Prêcheurs, inquisiteur de la dépravation hérétique dans les cités de Lausanne et de Genève et en d’autres cités et lieux, spécialement délégué par le Saint-Siège apostolique, contre Pierre Chavaz de Vuitebœuf, fortement suspecté de crime d’hérésie, accusé par plusieurs de ses complices, dénoncé par la rumeur publique en raison de sa mauvaise réputation, et détenu par l’office de la sainte inquisition au château de Champvent, sur mandat de l’inquisiteur.
(…) Le samedi 13 avril 1448, à Champvent, dans la pièce arrière de l’étage supérieur, Pierre comparut devant les juges. En sa présence et pour tout délai, ces derniers l’exhortèrent charitablement à reconnaître la vérité à propos des actes d’hérésie qu’il avait commis. Pierre remercia humblement les juges implorant toutefois leur miséricorde. Les juges lui offrirent la grâce de la sainte mère Église. L’accusé promit alors d’avouer tout ce qu’il avait fait dans le crime d’hérésie et dit et confessa spontanément ce qui suit.
En premier lieu, il dit que l’année dernière, entre la Sainte-Marie-Madeleine et la fête de Saint-Michel, autour du mois d’août, il avait rencontré Jaquet Marrenaul, près du bois de Fey. Celui-ci lui avait dit : « Tu es bien mélancolique. D’où te vient cette tristesse ? Dis-le moi ! » Pierre lui répondit : « Je vais te le dire. Je dois six livres à Philippe Perrin d’Yverdon. Il m’a excommunié et je ne sais que faire ». Jacquet Marrenaul lui dit : « N’aie pas peur. Si tu fais ce que je vais te dire et si tu me promets de venir avec moi à un endroit où je t’emmènerai, je te remettrai vraiment dix livres de Lausanne ». Pierre lui promit de l’accompagner, mais seulement parce que Jacquet devait lui donner les dix livres. Peu après Jacquet conduisit Pierre en un lieu appelé En Pra Romand ou au Pra Ratel. Pierre y prêta hommage au démon qui avait l’aspect d’un gros mouton noir dont la bouche était comme un fourneau flamboyant. À genoux, il l’embrassa sur le postérieur et, en signe d’hommage véritable, il lui promit le petit doigt de sa main droite après sa mort ; il renia Dieu tout puissant, la bienheureuse Vierge Marie, toute la cour céleste, la foi catholique ainsi que son baptême, et reçut le démon comme son maître. (…)
Il dit encore et confessa spontanément qu’après qu’il eut prêté hommage au diable, ils allèrent un peu plus haut, sur un plateau situé à côté d’un rocher où était assis le diable, grand maître de la synagogue, qui avait l’aspect d’un mouton ; il y avait là plusieurs personnes, plus qu’il n’y en avait le dimanche dans sa paroisse, qui festoyaient et prenaient du bon temps, mangeaient de la viande d’enfants rôtie et buvaient du bon vin blanc et rouge et l’accusé avec eux. Ils faisaient venir ce vin par un trou dans le rocher.
Il dit encore et confessa spontanément qu’il y avait plus de vingt brochettes de viandes, tant de chairs d’enfant (…).
Quand on lui demanda qui il avait vu appartenir à leur synagogue, il dit et répondit spontanément qu’il y avait là, ainsi qu’aux lieux sous-mentionnés, Jean de Riat de Baulmes, Jean Crosset de Jougne, Aymonet Tissotet d’Orbe, Jaquet Morrenaul de Vugelles, Henri Quicquoux, Nycollet Bazans, dom Pierre Martin dit Gros Chapelain, qui sont d’Orbe ; ladite Perrette de Vuitebœuf, Jean Ansel du même lieu, Jaquet de la Baye, Gérard Vallient, Guillaume Bochet… (suivent de nombreux autres noms…).

Texte traduit du latin.
Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises (1438-1528), textes réunis par Martine Ostorero et Kathrin Utz Tremp, en collaboration avec Georg Modestin, Lausanne, Université de Lausanne 2007 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 41), p. 47-49.