Le projet HéPoS

Depuis une vingtaine d’années, l’hérésie médiévale ne cesse de susciter des débats. En 1998, le volume collectif Inventer l’hérésie ?, fruit de plusieurs séminaires organisés à Nice par Monique Zerner, tombait comme un pavé dans la mare. Le propos principal des chercheurs de l’« école de Nice » n’était en principe pas révolutionnaire : ils se proposaient de « considérer les sources dans la logique de leur production ». Cette démarche menait toutefois inévitablement à mettre en évidence les « manipulations des textes par l’institution ecclésiastique ». Dès lors, les historiens se divisent sur des questions lancinantes : l’hérésie a-t-elle pu être inventée par ses persécuteurs afin de se débarrasser de leurs ennemis ? Quelle est la part de construction des hérésiologues du XXe siècle ? Qu’en est-il par exemple des cathares, omniprésents dans les publications sur l’hérésie, mais très rarement mentionnés dans les sources médiévales ?

En 2017, cinq laboratoires de recherche français ont formé un Groupement d’Intérêt Scientifique appelé HéPoS(Hérésie, Pouvoirs, Sociétés – Antiquité, Moyen Âge et Époque moderne) afin de poursuivre la recherche sur l’hérésie, sur les bases posées par l’« école de Nice » et sur la longue durée, du IIe au XVIe siècle. Ce carnet entend documenter et diffuser le travail de ce GIS (rencontres scientifiques, publications), tout en fournissant un support utile d’information et de documentation pour des chercheurs professionnels, des enseignants, des étudiants ou tout public intéressé à l’hérésie médiévale.

English version