Les hérétiques, l’eau et le feu

L’ordalie par l’eau (Lambach, Stiftsbibliothek, codex lambacensis 73, fol. 64)

Des hérétiques à Vézelay en 1167 : la source

Quelques clés de lecture

Des hérétiques à Vézelay en 1167 : la source

Hugues de Poitiers, Histoire du monastère de Vézelay, texte latin dans Recueil des Historiens des Gaules et de la France, tome 12, p. 343344, traduction d’Alessia Trivellone.

À la même époque, furent pris près de Vézelay des hérétiques appelés deonarii ou poplicani ; amenés pour être interrogés, ils tentaient par des digressions et des circonlocutions de voiler la très criminelle secte de leur hérésie. L’abbé ordonna de les séparer et de les emprisonner, jusqu’à l’arrivée d’évêques et de personnes honnêtes qui les convaincraient [d’hérésie]. Ils furent détenus presque soixante jours ou même plus, et on les amenait fréquemment au milieu ; et on les interrogeait sur la foi catholique tantôt doucement, tantôt sous la menace. Enfin, comme on avait travaillé beaucoup de temps pour rien, sur l’intervention des archevêques de Lyon et de Narbonne, avec l’évêque de Nevers, des abbés et d’autres hommes très experts, ils furent convaincus, tout en confessant des lèvres l’essence unique de la Divinité, qu’ils rejetaient presque tous les sacrements de l’Église catholique, à savoir le baptême des petits enfants, l’Eucharistie, la marque de la croix vivifiante, l’aspersion de l’eau exorcisée, les édifices des basiliques, le rachat par les dîmes et les oblations, l’union des mariés, les institutions des moines et tous les offices des prêtres et des clercs.
Et comme les solennités de Pâques commençaient, deux d’entre eux, entendant qu’ils allaient bientôt être exterminés par le jugement du feu, inventèrent qu’ils croyaient ce que l’Église catholique croit et qu’ils subiraient l’épreuve de l’eau pour la paix de l’Église. Donc, au cours de la procession pascale même, ils furent amenés au milieu d’une grande foule, qui occupait tout le cloître, en présence de l’archevêque de Lyon Guichard et de l’évêque de Nevers Bernard, et aussi de maître Gautier évêque de Laon, avec l’abbé de Vézelay. Interrogés ainsi sur chaque article de foi, ils dirent croire ce que croit l’Église catholique. Interrogés sur l’exécrable sacrement de leur erreur, ils dirent ne rien savoir de plus que ce qui est écrit plus haut sur leur refus des sacrements ecclésiastiques. Requis de dire s’ils voulaient prouver par l’examen de l’eau qu’ils croyaient ce qu’ils avaient dit et qu’ils ne savaient rien de plus du secret de leur erreur, ils répondirent qu’ils le feraient spontanément sans autre jugement. Alors toute l’Église s’exclama d’une seule voix « Grâces soient rendues à Dieu ! ». Et l’abbé répondant à tous ceux qui étaient présents : « Que faut-il donc faire selon vous, frères, de ceux qui persévèrent jusqu’à maintenant dans une telle obstination ? ». Tous les présents répondirent : « Qu’on les brûle, qu’on les brûle ! ».
Le lendemain, ces deux qui semblaient s’être rétractés furent conduits au jugement de l’eau. L’un des deux fut sauvé par l’eau au jugement de tous (bien qu’il s’en trouvât ensuite certains pour mettre le verdict en doute), mais, quand l’autre fut plongé dans l’eau, il fut condamné de la bouche de presque tous. Remis en prison, puisqu’une sentence différente avait été portée par quelques-uns, dont même des prêtres, il fut ramené sur sa demande même pour un deuxième jugement par l’eau : de nouveau immergé, à peine si l’eau le reçut. Déclaré coupable deux fois, tout le monde voulut l’envoyer au bûcher ; mais l’abbé, par égard pour lui, ordonna qu’il soit publiquement fouetté et chassé. Quant aux autres, au nombre de sept, ils furent brûlés dans la vallée d’Asquins.

Quelques clés de lecture

Le procès des hérétiques de Vézelay est l’un des plus instructifs sur la manière dont au Moyen âge on peut fabriquer des hérétiques. Ainsi, en 1167, lorsque neuf hérétiques sont « trouvés » près de ce monastère bourguignon, leur sort est déjà écrit, ou presque…

Un aveu extorqué

Emprisonnés pendant deux mois et interrogés sans relâche avec des méthodes plus ou moins brutales (« tantôt doucement, tantôt sous la menace », nous dit le chroniqueur), ces hommes ont beau nier les accusations portées contre eux : leurs paroles de défense, vues comme des « digressions » ou des tentatives de cacher leur hérésie, ne font qu’augmenter l’acharnement de l’abbé. Ce n’est que par l’intervention de deux archevêques, un évêque et plusieurs abbés, ainsi que d’autres hommes « très experts », que les malheureux cèdent enfin, et avouent ne pas reconnaître la validité des sacrements et d’autres rites ecclésiaux. C’est pourtant un aveu à peine satisfaisant, car ils s’obstinent à dire qu’ils croient à un unique essence de la divinité, comme les chrétiens : ils n’auront pas pour autant berné le chroniqueur, qui précise qu’ils le disent « de leur bouche », et laisse ainsi entendre qu’il ne le ressentent pas dans leur cœur. Un peu plus tard, ils n’avouent rien non plus sur le sacrement de leur hérésie, sans parvenir à convaincre : n’est-il pas connu que tous les hérétiques ont des rites et des sacrements ?…

L’ordalie : jugement de Dieu… ou des hommes ?

Le fait d’avoir avoué, ne serait-ce que du bout des lèvres, est déjà suffisant pour que les événements se précipitent : les « hérétiques » savent qu’ils iront au bûcher. Deux d’entre eux tentent alors un ultime recours, qui surgit dans le récit comme un coup de théâtre : ils demandent à subir le jugement de l’eau. Ce type d’ordalie, ou jugement de Dieu, consiste à plonger un homme ligoté dans l’eau d’une barrique ou d’une rivière, qui sera dès lors chargée d’indiquer si le suspecté est sincère ou pas : si l’eau ne veut pas de lui et s’il flotte, il est coupable ; il ne sera sauvé que si l’eau accepte de le recevoir, et donc s’il coule. Mais une telle obstination de la part de nos « hérétiques », qui demandent à subir un tel jugement, n’est-elle pas en elle-même la manifestation claire d’une hérésie acharnée ? C’est en tout cas le doute que l’abbé tente ostensiblement d’insinuer dans la foule…
En réalité, si un lecteur non averti peut facilement être déstabilisé face au récit de ces pratiques étranges, les historiens y voient des enjeux bien plus clairs. En effet, quasiment tous les récits médiévaux d’ordalies font état d’opinions divergentes dans la foule, chargée d’interpréter la réponse de l’eau : il y a lieu de penser qu’il n’était pas aisé de discerner clairement si un homme ligoté et plongé dans une rivière coulait ou flottait… C’est donc à la foule de trancher. Voilà alors que la demande des « hérétiques » et la phrase que l’abbé prononce répondent à deux habiles stratégies. Les deux accusés sont très probablement des personnages qui peuvent compter sur des appuis locaux et, par conséquent, sur la faveur d’une partie de la foule présente. L’évêque, qui aurait sans doute préféré passer tout de suite au bûcher, ne peut alors se soustraire à la demande des accusés, mais ne renonce pas à faire passer un message à la foule : qu’il soit bien clair pour tous, ces hommes sont bien « hérétiques » !
Finalement, l’issue est immédiatement favorable au premier homme, sauvé tout de suite. Quant à l’autre, il doit passer deux fois par le jugement de l’eau : malgré le verdict majoritairement négatif de la foule, l’abbé décide de l’épargner, « par égard pour lui », nous dit le récit. Mais force est de constater que la chronique devient moins logique sur ce point : il est en réalité plus probable que l’« hérétique » ait été sauvé en raison de ses protections, ou parce que peut-être, contrairement à ce que nous dit le récit, la foule avait décidé de sa sincérité : peut-être le chroniqueur, proche de l’abbé, ne souhaite-t-il pas montrer que la foule n’a pas agi selon les préconisations de l’abbé. On remarque d’ailleurs que, lors de la première ordalie, des prêtres avaient mis en doute la culpabilité de l’accusé : on retrouve ici peut-être un écho d’une opposition très classique entre réguliers –moines– et séculiers… Quoi qu’il en soit, une bonne séance de fustigation publique de l’« hérétique » et son bannissement du bourg semblent une solution avantageuse pour les deux parties. Le pire est de toute façon pour les sept accusés qui n’ont pas eu la promptitude, ou les moyens, de se soumettre au jugement de l’eau : il leur restera l’honneur d’être les victimes d’un des rares bûchers collectifs du XIIe siècle.

Un contexte politique conflictuel

Hérétiques ou pas ? Certains auteurs, comme Charles Schmidt, tombés sous le charme d’un mirage bien connu par ailleurs, n’ont aucun doute : les hérétiques de Vézelay sont bien des cathares !
De notre côté, nous penchions pour l’innocence de ces hommes avant même qu’ils fassent leurs plongeons : leur aveu extorqué de force ne peut pas être une preuve de leur hérésie et le nom deonarii ou poplicani ne dit rien quant à leur erreur non plus…
Il nous semble en revanche primordial de comprendre : pourquoi l’abbé veut-il condamner à tout prix ces hommes jusqu’à inventer leur hérésie ? Qui étaient-ils pour qu’il veuille s’en débarrasser ainsi ? Une réponse, convaincante, a été proposée par Robert I. Moore, qui dans son livre Hérétiques, observe que cette condamnation vient clore une longue et violente querelle entre le comte de Nevers et les moines de Vézelay. Au cours des décennies précédentes, le comte a été dépossédé d’importants droits sur l’abbaye : en effet, un peu partout en Occident, au cours de ce qu’on appelle la Réforme « grégorienne », l’Église s’approprie les revenus et les droits liés aux monastères et à tous les établissements ecclésiaux, qui étaient jusqu’alors aux mains des laïcs. A la suite d’âpres conflits, pendant lesquels les moines se font même chasser de leur monastère par les hommes du comte, l’abbé de Vézelay réussit à avoir le soutien du roi Louis VII, de l’archevêque Henri de Reims et du pape Alexandre III : les deux parties trouvent donc un accord en 1166. Les faits de 1167 semblent ainsi être le dernier acte de cette interminable querelle, où l’abbé essaie de se venger des derniers ennemis locaux du monastère
Le récit lui-même, qui clôt la chronique d’Hugues de Poitiers, ressemble étrangement à celui fait une cinquantaine d’années auparavant à propos de Clément et Évrard, deux frères hérétiques de Soissons : eux aussi nient jusqu’au bout les allégations portées contre eux, eux aussi finissent par avouer de rejeter les sacrements, eux aussi sont soumis au jugement de l’eau. Mais cette fois l’issue est sans appel : reconnus coupables, ils finissent par périr sur un bûcher allumé par la foule …


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search