Colloque “Résister à l’Inquisition (XIIIe -XVe siècles)” – Lyon, 8-10 novembre

Organisation : Martine Ostorero (Université de Lausanne) et Sylvain Parent (ENS de Lyon / CIHAM)

Gentile da Fabriano, Polyptyque de Valle Romita (1410-1412), dét.: Le meurtre de Pierre de Vérone, , (Milan, Pinacothèque de Brera)

L’Inquisition fut, dès l’origine, une institution d’une redoutable efficacité dont le succès s’explique en partie par les techniques de contrainte et de coercition mises en œuvre par les inquisiteurs. Pourtant, dès les premiers temps de son existence, dans les années 1230, cette institution a suscité des réactions parfois très hostiles et violentes. Si la forme de la révolte populaire contre l’inquisiteur constitue certainement l’un des aspects les plus visibles et spectaculaires de cette hostilité – et constitue en quelque sorte la partie émergée de l’iceberg, de telles oppositions et résistances se sont en réalité manifestées selon des modalités très diverses et à l’initiative d’acteurs très variés entre les XIIIe et XVe siècle. C’est cette pluralité des formes d’opposition que nous proposons d’envisager à l’occasion de cette rencontre.
Le combat mené par l’Inquisition contre l’hérésie, voire la sorcellerie, ne s’est pas toujours déroulé sans la forte ingérence des ordinaires ou des pouvoirs locaux, qui visaient à limiter l’intervention des inquisiteurs pontificaux, en imposant leur nécessaire et active collaboration, ou à se substituer à eux voire, plus radicalement, à empêcher toute action répressive.
La résistance à la poursuite des hérétiques peut s’exprimer sous la forme de protestations relatives au droit d’instruire la cause, de détenir et juger les accusés ou d’exécuter la sentence capitale, sous l’argumentation d’une usurpation des droits de juridiction, d’une violation des coutumes ou des lois. Les procédures d’annulation des sentences prononcées peuvent également être mises en oeuvre, sous la pression de forts enjeux politiques (Jeanne d’Arc, Arras, etc.). Or les restrictions ainsi imposées, sans bloquer totalement les procédures, sont davantage l’occasion d’affirmer une souveraineté, notamment par un marquage symbolique (bûcher, gibet) des espaces d’autorité.
Dans d’autres cas, l’obstruction faite par les autorités locales s’avère plus forte. Que mettent alors en œuvre ces inquisiteurs entravés dans leurs velléités de répression pour les surmonter ? Qu’il s’agisse de lettres adressées à des autorités supérieures (princes, papes, etc.) pour solliciter un soutien, de la rédaction de traités dans lesquels ils justifient leur action et leurs prérogatives et organisent leur défense, ou du passage en force par une procédure inquisitoire en mode sommaire, les moyens, multiples, témoignent de la diversité des stratégies de défense.
Le cadre politique et juridictionnel dans lequel peut ou non se déployer l’activité des inquisiteurs doit donc impérativement être pris en compte, en particulier lorsqu’elle est liée à la construction de nouveaux États territoriaux. Il s’agit donc de saisir les enjeux que représente la poursuite d’un crime touchant au pouvoir suprême.
A travers des études de cas qui concernent autant les questions liées à l’hérésie qu’à la sorcellerie, dans une chronologie et une géographie larges, il s’agira ainsi de poser les jalons d’un tableau comparé des espaces de répression et de résistance – ou de modération – face à la poursuite des crimes qualifiés d’hérésie.

 

Programme

 


Vous aimerez aussi...