Les crimes des Templiers dans les Grandes Chroniques de France

L’éxécution de Jacques de Molay, dans un ms. des Grandes Chroniques de France (BL Royal MS 20 C vii f. 48r)

Le récit de la condamnation des templiers dans les Grandes Chroniques de France, avec le détail des chefs d’imputation, est particulièrement intéressant en ce qu’il montre plusieurs lieux communs des accusations pour hérésie. Nous transcrivons ci-dessous en entier le récit de ces accusations, tiré de la vie de Philippe IV le Bel (ch. 65), selon l’édition de Jules Viard (Honoré Champion, 1934, vol. 8, p. 272-276). Nous en proposons la traduction que nous avons réalisée pour notre mémoire de Master (Master Mondes Médiévaux, Université Paul Valéry Montpellier 3, dir. Alessia Trivellone, année 2018-2019). La traduction a été revue par Mme Catherine Nicolas, que nous remercions.

***

[1310] De la condampnacion des Templiers.

[1310] La condamnation des Templiers.

(p. 272) En l’an de Nostre Seigneur mil CCC et X, LIX Templiers et plus, tant à Paris vers le moulin Saint Anthoine, comme à Senliz, après les conciles provinciaux sur ces choses ilec celebrées et faites, furent ars, et les chars et les os en poudre ramenez. Desquiex Templiers dessus diz, LIIII, le mardi après la feste de la saint Nicholas en may, vers le dit moulin à vent, si comme il est dessus dit, furent ars. Mais yceus, tant eussent à souffrir de doleur, onques en leur destruction ne vouldrent aucune chose recognoistre; pour laquelle chose leurs ames, si comme il estimoient, en (p. 273) porent avoir perpetuel dampnement, car il mistrent le menu peuple en très grant erreur. Et pour voir, après ce ensivant, la veille de l’Ascension Nostre Seigneur Jhesu Crist, les autres Templiers, en ce lieu meismess furent ars, et les chars et les os ramenez en poudre. Desquiex l’un estoit l’aumosnier du roy de France, qui tant de honneur avoit eu en ce monde; mais onques de ses forfaiz n’ot aucune recognoissance. Et le Lundi ensivant, fu arse ou lieu devant dit, une beguine clergesse qui estoit appellée Marguerite Porée qui avoit trespassée et transcendée l’escripture devine et es articles de la foy avoit erré, et du sacrement de l’autel avoit dit paroles contraires et prejudiciables. Et pour ce, des maistres expers en theologie avoit esté condampnée.

En l’an de notre Seigneur 1310, cinquante-neuf templiers et plus furent brûlés, à Paris vers le moulin Saint-Antoine, comme à Senlis, après que des conciles provinciaux furent célébrés et faits en ce lieu. Leurs chairs et leurs os furent réduits en poussière. Parmi les templiers susdits, cinquante-quatre furent brûlés le mardi après la Saint-Nicolas en mai, vers ledit moulin à vent, comme cela est raconté plus haut. Mais, quelle que soit la douleur qu’il eurent à endurer, au moment de leur exécution, ils ne voulurent rien reconnaître, rien de ce qui aurait pu mettre le salut de leur âme, comme ils le pensaient, en danger de damnation éternelle car ils avaient fourvoyé le petit peuple. Et en effet, après ces évènements, la veille de l’Ascension de notre Seigneur Jésus Christ, les autres Templiers furent brûlés en ce même lieu, et leurs chairs et leurs os furent réduits en poussière. Parmi eux se trouvait l’aumônier du roi de France, qui avait eu tant d’honneur en ce monde, mais qui ne voulut reconnaître aucun de ses crimes. Le lundi qui suivit fut brûlée dans le lieu cité précédemment, une béguine « clergesse » qui s’appelait Marguerite Porete et qui avait outrepassée l’écriture divine, s’était trompée sur des articles de la foi et avait tenu des propos préjudiciables et allant à l’encontre de l’Eucharistie. C’est pour toutes ces raisons qu’elle avait été condamnée par des maîtres experts en théologie.

Les forfaiz pourquoy les Templiers furent ars, con-(p. 274) dampnez et pris, et encontre eulz aprouvez, si come l’en dist, et d’aucuns en prison recogneu de eulz, ensuient ci après.

Voici les crimes pour lesquels les templiers furent brûlés, condamnés et arrêtés, et pour lesquels ils furent reconnus coupables, comme précédemment dit, et quelques uns en prison les a reconnus. 

Le premier article. Le premier article est tel du forfait; car en Dieu ne creoient pas fermement. Et quand il faisoient I nouvel Templier, si n’estoit il de nulli sceu comment il le sacroient; mais bien estoit veu que il li donnoient les draps.

Le premier article. Le premier article expose les faits ainsi: les templiers ne croient pas fermement en Dieu. Quand ils faisaient un nouveau templier, personne ne savait comment il été sacré, mais on voyait bien qu’il recevait l’habit.

Le secont article. Le secont article; car quant ycelui nouvel Templier avoit vestus les draps de l’ordre, tantost estoit menez en une chambre oscure. Adecertes le nouvel Templier renioit Dieu par sa male aventure, et aloit et passoit par dessus la crois, et en sa douce figure crachoit.

Le second article. Voici le second article: quand ce nouveau templier avait revêtu l’habit de l’ordre, il était aussitôt emmené dans une pièce obscure. En réalité, c’est là que le nouveau templier reniait Dieu par son mauvais choix, puis il allait et venait en piétinant la Croix et crachait sur la douce figure du Christ.

Le tiers article. Le tiers est tel. Après ce il aloient tantost aourer une fausse ydole. Adecertes ycelle ydole estoit une viel pel d’omme embasmée et de cole polie ; et certes ylec le Templier mettoit sa très ville foy et creance, et en li très fermement croioit. Et en ycelle avoit es fosses des iex escharboucles reluisans aussi comme la clarté du ciel. Et pour voir, toute leur foy estoit en ycelle, et c’estoit leur dieu souverain, et chascun en ycelle s’affioit et meismement de bon cuer. Et en celle pel avoit moitié barbe ou visage et l’autre moitié ou cul, dont c’estoit contraire chose. Et pour certain yle couvenoit le nouvel Templier faire hommage aussi comme à Dieu. Et tout ce estoit pour despit de Nostre Seigneur Jhesu Crist nostre sauveur.

Le troisième article. Voici le troisième article : après avoir fait ça, ils allaient aussitôt vénérer une fausse idole. En réalité, cette idole était une vieille peau d’homme embaumée et lissée à la bile. En elle le templier plaçait sa très vile foi et ses croyances et il y croyait fermement. Et cette idole avait à la place des yeux des escarboucles luisantes comme la clarté du ciel. Et en vérité, ils plaçaient en elle toute leur foi et elle était leur divinité souveraine, chacun d’entre eux plaçait débonnairement sa foi en elle. Cette peau avait la moitié du visage barbue et l’autre moitié glabre (?), ce qui était une chose mauvaise. Pour sûr il convenait que le nouveau templier fasse allégeance à celle-ci comme on le faisait pour Dieu. Et tout cela était fait par mépris de notre Seigneur Jésus Christ notre sauveur.

(p. 275Le IIII article. Le quart, car il cognurent ensement la traison que saint Loys ot es parties d’outre-mer quant il fu pris et mis en prison. Acre une cité d’outre-mer trairent il aussi par leur grant mesprison.

Le quatrième article. Le quatrième c’est qu’ils avouèrent également la trahison que saint Louis essuya quand il fut arrêté et emprisonné en Terre sainte. Ils abandonnèrent aussi Acre avec un grand mépris.

Le Ve article. Le quint article est tel, que se le peuple crestien en yce temps fust prochainement alé es parties d’outre-mer, il avoient fait telle couvenances et telle ordenance au Soudan de Babiloine, qu’il leur avoient, par leur mauvaisetié, appertement les crestiens venduz.

Le cinquième article. Voici le cinquième article : si le peuple chrétien était parti à ce moment-là en Terre Sainte, ils (les Templiers) avaient fait de telles promesses et avaient passé de tels accords avec le sultan de Babylone qu’ils lui avaient, par leurs actes malfaisants, littéralement vendu les chrétiens.

Le VIe article. Le VIe article est tel qu’il cognurent eulz, du tresor le roy a aucun avoir donné qui au roy avoiet fait contraire, laquelle chose estoit domageuse au royaume de France.

Le sixième article. Voici le sixième article qu’ils reconnurent: ils affirmèrent avoir distribué des biens appartenant au trésor du roi à des personnes opposées au roi, ce qui était une chose dommageable pour le royaume de France.

Le VIIe. Le VIIe est tel, que si comme l’en dit, il cognurent le pechié de heresie; et pour leur ypocrisie, habitoient l’un à l’autre charnelment; pour quoy c’estoit merveilles que Dieu souffroit telz crismes et felonnies detestables estres fais! Mais Dieu, par sa pitié seuffre moult de felonnies estre faites!

Le septième article. Voici le septième article : comme dit précédemment, ils étaient coupable d’hérésie. Et à cause de leur hypocrisie, ils se fréquentaient les uns les autres charnellement. A cause de cela, c’était étonnant que Dieu supporte que de tels crimes et de tels forfaits puissent être faits. Mais Dieu, par sa miséricorde supporte que soient perpétrées de nombreux crimes.

Le VIIIearticle. Le VIIIe est tel. Se nul Templier en leur ydolatrie bien affermé, mourut en son malice, aucune foiz il le faisoient ardoir, et de la poudre de lui en donnoient à mengier aus nouviaus Templiers; et ainsi plus fermement leur creance et leur ydolatrie tenoient, et du tout en tout leur despisoient le vray corps Notre Seigneur Jhesu Crist.

Le huitième article.  Voici le huitième article: si un templier, bien solide dans son idolâtrie, mourrait dans ces dispositions mauvaises, parfois ils le brûlaient et faisaient manger de la poussière de son corps aux nouveaux templiers. Ils affermissaient ainsi leur croyance et leur idolâtrie et méprisaient tout-à-fait le vrai corps de notre seigneur Jésus-Christ.

Le IXe article. Le IXe est tel. Se nul Templier eust entour li sainte ou liée une corroie, laquelle estoit en leur mahommerie; après ce, jamais leur loy par lui pour morir ne fust recogneue, tant avoit ylec sa foy affermée et affichiée.

Le neuvième article.  Voici le neuvième article: si un templier avait à la taille une ceinture, passée ou nouée, elle faisait partie de leur idolâtrie. Cela étant, jamais il ne reconnaîtrait leur loi, même dans la mort, tant sa foi était ferme et visible.

(p. 276) Le Xe article. Le Xe est tel. Car encore faisoient il pis; car I enfant nouvel engendré d’un Templier en une pucelle estoit cuit et rosti au feu et toute la cresse ostée, et de celle estoit sacrée et ointe leur ydole.

Le dixième article. Voici le neuvième article: mais ils faisaient encore pire car un nouveau-né engendré d’un Templier et d’une jeune fille était cuit et rôti au feu et toute sa graisse grattée et c’est avec cette graisse qu’ils oignaient et consacraient leurs idoles.

Le XIe article. Le XIe est tel que leur ordre ne doit aucun enfant baptizier ne lever des sain fons tant comme il s’en puisse abstenir, ne sur femme gesir d’enfant seurvenir, se du tout en tout ne se veullent issir à reculons, laquelle chose est detestable à raconter.

Le onzième article. Voici le onzième article: par ce onzième article leur ordre ne doit ni baptiser d’enfant ni n’en porter sur les fonts baptismaux, autant que possible, ni laisser accoucher des femmes s’ils ne veulent absolument pas que l’enfant ne viennent par les pieds, laquelle chose et détestable à raconter.

Et ainsi pour yceulz forfaiz, crimes et felonnies detestable, furent du souverain evesque pape Climent et de pluseurs evesques et arcevesque et cardiaux condampnez.

Et ainsi pour ces méfaits, crimes et félonies abominables, ils furent condamnés par le Pape Clément V ainsi que par plusieurs évêques, archevêques et cardinaux.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search