Bernard Gui et l’interrogatoire des vaudois

Bernard Gui remettant son ouvrage (Speculum Sanctorale) à Jean XXII. Toulouse, BM, ms. 480, fol. 1r.

La source

Quelques clés de lecture

La source

(texte tiré de Bernard Gui, Le manuel de l’inquisiteur, édité G. Mollat, 2 voll., Paris 1926-1927, t. 1, p. 65-71)

« Il est très difficile d’interroger et d’examiner les vaudois : on ne peut leur arracher la vérité sur leur erreur, tant ils se dissimulent sous la duplicité et tromperie des mots, pour ne pas être surpris. Aussi bien, il faut dire ici quelques mots de leur fourberie et de leur astuce.

Leur manière d’agir est la suivante. L’un d’entre eux est-il arrêté pour enquête, il a coutume de se présenter avec intrépidité, comme si sa conscience était tranquille et sans remords. Demandez-lui s’il connaît la cause de son arrestation, il répond doucement et avec le sourire : « Seigneur, je serais heureux de l’apprendre de votre bouche ». —Questionné sur sa foi et sa croyance : « Je crois tout ce que croit un bon chrétien », déclare-t-il. — Cherchez à savoir ce qu’il entend pour bon chrétien : « C’est celui qui croit ce qu’enseigne la sainte Église. » — Qu’appelle-t-il la sainte Église ? «  Seigneur, répond-il, ce que vous-même dites et croyez être la sainte Église » — « Je crois, poursuivez-vous, que c’est l’Église romaine gouvernée par le pape et les autres prélats sous son autorité. » — « Et moi aussi, je le crois », assure-t-il, c’est-à-dire je suis persuadé que telle est bien votre croyance.

Interrogé par ailleurs sur les articles qu’il croit réellement, comme l’incarnation du Christ, sa résurrection et son ascension, il répond cette fois promptement : « Je crois fermement » — qu’on lui pose cette question : « crois-tu qu’à la messe le pain et le vin sont, par les paroles du prêtre et en vertu de la puissance divine, transsubstantiés en corps et en sang du Christ ? », il répondra « Ne devrais-je pas le bien croire ? » — « Je ne te demande pas, poursuit l’interrogateur, si tu dois le croire, mais si tu le crois. » — « Je crois tout ce que vous et les autres bons docteurs m’ordonnent de croire. » « Ces ‘bons docteurs’ auxquels tu ajoutes foi ne seraient-ils pas les maîtres de ta secte ? Si je pense comme eux, tu me crois en même temps qu’eux ; s’il en est autrement, non. » —Vous-même, je vous crois volontiers, si vous m’enseignez le bien. » — « Tu appelles ‘bien’ ce qui, dans mon enseignement, concorde avec celui de tes autres maîtres ; mais réponds-moi simplement : crois-tu que sur l’autel réside le corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ ? » — « Je le crois », répond-il promptement, entendant que sur l’autel il y a un corps et que tous les corps sont à Notre Seigneur Jésus-Christ. Je vais plus à fond : « Ce corps du Seigneur est-il celui qui est né de la Vierge, a été attaché à la croix, est ressuscité, est monté au ciel ? » — « Et vous, seigneur, est-ce là ce que vous croyez ? » —  « Je le crois absolument » — « Et moi aussi, je le crois », déclare-t-il, c’est-à-dire je suis persuadé que telle est votre croyance. Essaie-t-on de tirer au net toutes ces réticences et autres roueries du même genre, de le forcer à répondre explicitement et sans ambages, il vous réplique : « Si vous ne voulez point interpréter sainement mes paroles, je ne sais que dire : je suis un homme simple et illettré ; daignez ne pas m’embrouiller dans mes discours. » —L’engage-t-on à répondre en homme simple et donc simplement, sans feinte : « Bien volontiers », dira-t-il.

On lui fait la proposition suivante : « Veux-tu jurer que tu n’as jamais rien appris de contraire à la fois que nous disons et nous croyons être la vraie ? » — « Si je suis obligé de jurer, je jurerai volontiers », répond-il timidement. — « Je ne te demande pas si tu es obligé de prêter serment, mais si tu le veux ». — « Si vous me l’ordonnez, je jurerai » — « Je ne te force pas de jurer ; je sais qu’à tes yeux le serment est illicite et que tu en rejetteras la faute sur moi qui t’aurais contraint ; mais si tu jures, je t’écouterai. » — « Pourquoi jurerai-je, si vous ne me l’ordonnez ? » — « Pour effacer le soupçon qui pèse sur toi ; on te regarde précisément comme un hérétique vaudois qui croit tout serment illicite et coupable ». — « De quelle manière dois-je jurer ? » — « Jure comme tu sais. » — « Je ne le saurais faire, si vous ne me l’enseignez ». [L’inquisiteur suggère les gestes et les mots à dire et le supposé hérétique s’exécute en tremblant, mais l’inquisiteur le soupçonne de détourner le sens de la formule ou de ne pas croire aux paroles qu’il « marmotte ».]

Dès qu’ils [les hérétiques] voient les assistants leur témoigner quelque sympathie, comme à de pauvres gens que l’on traite injustement et dans lesquels on ne trouve aucun mal, ils prennent confiance, font mine de pleurer, excitent la pitié, flattent les interrogateurs, afin de les fléchir et de faire dévier l’enquête : « Seigneur, disent-ils, si j’ai péché en quelque chose, je suis prêt à subir une pénitence ; aidez-moi seulement à me libérer de cette inculpation ; j’en suis innocent et c’est par jalousie qu’on m’a diffamé ».

Mais l’un d’entre eux consent parfois à prêter serment et sans explications. Dans ce cas, il faut lui dire : « Tu jures à présent afin d’être relâché, mais sache-le : un seul serment ne me suffit point. Je puis en exiger deux, dix, cent, autant que je voudrai. Je n’ignore pas que vous vous accordez des dispenses ; vous vous permettez un nombre déterminé de serments quand la nécessité presse et qu’il s’agit de vous libérer (…) ».

J’en ai vu qui, dans une telle anxiété, avouaient leurs erreurs afin d’en finir… »

 

Quelques clés de lecture

Dans ce passage de sa Practica Inquisitionis heretice pravitatis (Manuel de l’inquisiteur, 1323-1324) l’inquisiteur Bernard Gui explique les méthodes à employer pour l’interrogatoire des hérétiques, « des croyants et de leurs complices ».

Le passage est particulièrement révélateur des conditions très difficiles de l’interrogatoire. Les personnes convoquées et interrogées ne connaissent pas les raisons de leur convocation (2ème et 5ème paragraphes) ni ne savent si un autre témoin les a dénoncées (5ème paragraphe). Les questions peuvent être très pointues : par exemple, au 3ème paragraphe, l’inquisiteur pose des questions sur la Transsubstantiation et sur la Résurrection, à laquelle la personne interrogée ne sait manifestement que répondre. Les témoins sont conscients des conséquences extrêmes que leur déposition peut avoir et subissent de ce fait une pression considérable : elles hésitent à prêter serment, de peur d’accomplir des gestes qui pourraient être mal interprétés (4ème paragraphe)

On remarquera aussi que par ses questions l’inquisiteur n’essaie pas véritablement de connaître l’hérésie, mais il est persuadé d’avoir déjà toutes les réponses nécessaires. La moindre hésitation du témoin est interprétée comme une tentative de cacher l’hérésie: l’inquisiteur les accuse d’emblée de « tromperie », « fourberie », « astuce » et de « duplicité de mots » (1er paragraphe). L’inquisiteur ne croit d’ailleurs pas aux réponses de l’interrogé ou les interprète de manière biaisée (par exemple, aux paragraphes 2 et 3). Le passage sur le serment est particulièrement frappant ; l’inquisiteur est persuadé que la personne qu’il interroge est un hérétique et que son ‘hérésie’ l’empêcherait de jurer. Or, lorsque le suspect accepte de jurer, l’inquisiteur suppose qu’il ne croit pas aux mots qu’il prononce (paragraphe 4) ou que les hérétiques disposent d’un nombre limité de « dispenses » qui leur permettraient de jurer un nombre limité de fois (paragraphe 6)

Enfin, tout ce que l’inquisiteur « sait » ou dit savoir, il l’apprend non pas de son expérience, mais d’un traité rédigé par un autre inquisiteur, inconnu [1]. Bernard Gui copie en effet plusieurs passages (indiqués en italique dans notre transcription) de l’œuvre de ce dernier, sans indiquer sa source. Ainsi, lorsqu’à la fin du passage Bernard Gui affirme avoir « vu » des Vaudois, on est en plein dans l’artifice : ce n’est pas Gui, mais l’auteur du traité qu’il copie qui a vu (ou dit avoir vu) des hérétiques en train d’avouer leurs erreurs. Ces emprunts sont très communs dans les écrits des inquisiteurs qui prétendent décrire les hérétiques.


[1] C’est le traité jadis attribué à David d’Augsbourg et daté de la 2e moitié du XIIIe siècle ; éd. Wilhelm Preger, « Der Traktat des David von Augsburg über die Waldesier », dans Abhandlungen der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, 14, 1879, p. 204-235.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search