Quand les comètes annoncent l’hérésie

Comme d’autres billets de ce carnet le montrent, les hommes du Moyen Âge relient souvent l’hérésie à des manifestations surnaturelles, qu’il s’agisse de l’intervention du diable ou de la preuve de l’hérésie par l’ordalie. Ainsi, lorsqu’une comète apparaît dans les cieux d’Occident en 1145, des sources la mettent en relation avec une mystérieuse hérésie en Bretagne et à Nantes. La plus importante d’entre elles est le Contra Haereticos sive de Ecclesia de l’archevêque de Rouen, Hugues d’Amiens. Selon le prélat, la comète serait passée au-dessus de la ville de Nantes, alors gangrenée par l’hérésie. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le passage de la comète de Halley en 1145 dans un dessin du psautier d’Eadwine, vers 1155-1160, Angleterre (Londres, British Library, R 17-1, fol. 10r)

1. La comète de 1145 : annonciatrice de malheurs…

Au Moyen Âge, les passages des comètes sont interprétés comme des signa, des « phénomènes miraculo-naturels » (Labbé 2017) qui préviennent les communautés de la venue d’événements extraordinaires.

L’encyclopédiste Isidore de Séville (VIIe siècle) est formel : les comètes ne peuvent annoncer qu’une suite de malheurs.

Cette étoile est appelée comète parce qu’elle émet une chevelure lumineuse. Quand ce genre d’astre apparait, il signifie la pestilence, la famine ou la guerre.

(Isidore de Séville, Etymologies, III, 16. De lapidibus et metallis.)

La comète de Halley, (ré)apparue dans les cieux d’Occident en 1145, ne fit pas exception et plusieurs chroniques décrivent les effets négatifs qu’elle apporta supposément avec elle. Au passage de la comète, succèdent intempéries, récoltes insuffisantes, famine, guerre et hérésie.

Cette année 1145, paraît au mois de mai une étoile chevelue, suivie d’une mortalité exceptionnelle chez les hommes et les animaux, d’épidémies et d’une famine…1.

(Chronique de Sainte-Colombe de Sens)

1146 (sic). Mort du pape Lucius ; apparition d’une étoile chevelue ayant ses raies vers l’est. Famine dans toute la Gaule

(Chronique de Saint-Aubin d’Angers)

Le passage de la comète de Halley en 1066, dans la broderie de Bayeux (après 1066 ; Bayeux, Centre Guillaume-le-Conquérant)

2. … et d’hérésie.

Certaines sources rattachent le passage de cette comète à l’apparition d’hérétiques.

1145. […] On vit une comète, l’hiver fut tiède et les arbres furent stériles. (…) est incendié, certains habitants furent tués par le glaive et la faim, ainsi que de nombreuses autres habitations d’ermites dans la forêt de Brécilien et d’autres forêts, du fait d’un hérétique habitant ces forêts avec de nombreux sectateurs2.

(Chronique de l’abbaye cistercienne de Boquen)

L’archevêque de Rouen Hugues d’Amiens, ancien abbé bénédictin, relate aussi le passage de cette comète dans son adresse liminaire du Contra haereticos et de sive Ecclesia, datée probablement de 1148. Il l’avait vue, semble-t-il, lors de la consécration de la nouvelle cathédrale de Nantes en 1145, au moment de la translation des reliques des saints Donatien et Rogatien dans la ville. L’archevêque et le légat pontifical Albéric d’Ostie avaient alors aperçu l’astre avec sa tête vers l’ouest et la queue vers l’orient. Trois ans plus tard, Hugues se remémore le prodige :

Là, ensemble avec toi, nous vîmes une comète, la tête en avant, tombant vers l’ouest et, selon ta remarque judicieuse, désignant la ruine de l’hérésie qui s’était levée à l’époque en Armorique. Là aussi, à ta prédication orthodoxe, la masse hérétique ne pouvait pas faire face. Leur hérésiarque prît peur et préféra ne pas apparaître3.

Selon Hugues, le passage de la comète coïncidait donc avec la prolifération d’une hérésie à Nantes, mais Albéric aurait vu dans ce passage non pas le signe d’une catastrophe imminente, mais l’annonce de la victoire sur les hérétiques. Albéric lui-même accomplit un premier pas vers cette victoire, puisqu’il prononça un sermon et le mystérieux chef des hérétiques, dont Hugues ne donne pas le nom, ne se manifesta pas : l’archevêque en déduit qu’il n’osa pas réagir et préféra se cacher.

Ce rapprochement entre le passage de la comète et la présence de l’hérésie à Nantes est en réalité un habile procédé rhétorique.

Dans le texte d’Hugues, on peut aisément reconnaître des échos de l’Évangile de Matthieu. C’était une nouvelle « étoile » (stella) visible pendant plusieurs jours (donc probablement une comète) qui avait guidé les mages jusqu’au lieu où Jésus s’était incarné (Mt 2, 1-12). L’apparition d’un signe astral avec, entre autres, des « étoiles qui tombent du ciel », est évoquée dans le même Évangile, où elle annoncerait le Jugement Dernier :

Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire4.

(Matthieu 24, 27-30)

Ces signes astraux annonciateurs du Christ avaient déjà été commentés dans un autre traité antihérétique, à savoir le Contre Celse écrit par Origène au milieu du IIIe siècle, en répondant au vœu de son ami Ambroise, destiné à combattre la religion païenne à Rome5. En commentant le verset évangélique où Matthieu parle de l’étoile, Origène interprète positivement ce signe astral :

S’il est donc vrai qu’à l’établissement de quelque nouvelle monarchie, ou à l’occasion de quelque autre vicissitude des affaires humaines, on voit paraître des comètes ou quelque autre astre de même nature, faut-il s’étonner qu’il ait paru une nouvelle étoile à la naissance d’une personne qui devait causer un si grand changement parmi les hommes, et répandre sa doctrine non seulement parmi les Juifs et parmi les Grecs, mais au milieu même de plusieurs nations barbares ?6

L’évocation de la comète permet à Hugues d’Amiens entre autres de jouer de l’opposition entre la splendeur de l’astre et la couardise du chef des hérétiques, qui se se serait caché lors de la prédication du légat pontifical :

Alors que l’une se montrait en toute clarté, l’autre se retirait. Alors que la lumière faisait resplendir la vérité, le dissident en se cachant courait à sa perte.

Qui était alors ce mystérieux hérésiarque ?

3. Quels hérétiques ?

Ni le traité ni la lettre que l’introduit ne contiennent de noms ou de références concrètes à des personnages ou groupes hérétiques. Si les historiens ont longtemps essayé de combler ce silence en proposant d’identifier les destinataires du traité avec tel ou tel hérétique, les études plus récentes s’accordent à conclure que ce traité est tout d’abord un traité d’ecclésiologie qui se sert de la réfutation d’une idée abstraite et générale d’hérésie pour mieux affirmer les principes de l’Église7.

Le traité anti-hérétique est en fait un genre à la mode en cette fin des années 1140. Ce genre littéraire commence à refleurir depuis quelques années, avec le Contra Henricum rédigé entre 1137 et 1140 par Guillaume Monachi et le Contra Petrubrosianos hereticos de Pierre le Vénérable en 1139-1141. Ces deux traités quasi contemporains s’en prenaient toutefois à des ennemis clairement identifiés, l’hérétique Henri pour le premier, et Pierre de Bruys pour le second. De plus, dans les mêmes années où Hugues d’Amiens écrivait, deux conciles avaient été réunis pour traiter de questions hérétiques : le premier avait eu lieu à Paris en 1147 contre Gilbert de Poitiers ; le second à Reims en 1148 avait vu la condamnation de l’hérétique breton Éon. Dans les deux cas, l’archevêque de Rouen avait été partie prenante. Mais il est fort possible que l’envie de plaire et d’honorer le légat pontifical ait poussé Hugues à initier cette œuvre quelques années plus tôt.

De plus, en rappelant la prophétie du légat dans l’introduction de son traité, l’archevêque situe son oeuvre dans la droite ligne de la prédication que le représentant du pape avait faite trois ans auparavant :

C’est pourquoi tu jugeas à propos que j’écrivisse quelque chose sur les hérésies naissantes, tâche que j’ai entreprise pour t’obéir, mais par un ouvrage succinct, et à traits brefs8.

En même temps, il fait du légat le bon augure de la victoire sur cette mystérieuse hérésie – ce qui n’était pas pour déplaire au commanditaire du traité, lui aussi présent au concile de Reims en 1148.

Enfin, en situant ce prodige dans la ville de Nantes, au cours d’un rituel de consécration et de protection de la cathédrale prétendument menacée par une foule hérétique, Hugues pouvait associer l’efficacité de la parole du légat lors de sa prédication, incarnation de la potestas pontificale, à la puissance de ces reliques deux fois saintes, face à un peuple nantais présenté comme hostile et guidé par un chef couard et impuissant face à l’autorité de l’Église. La comète devient dès lors un présage heureux de la fuite de l’hérésiarque, du retour de tous les Nantais à l’orthodoxie et de la chute finale de l’hérésie.

Dès lors, il n’est guère étonnant que dans le cœur du Contra haereticos sive de Ecclesia d’Hugues d’Amiens, les cibles idéales de ce traité soient des hérétiques aussi mystérieux, fugaces et insaisissables que le passage d’une comète


Pour approfondir sur les catastrophes naturelles….

Thomas Labbé, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, CNRS éditions, 2017, p. 73.

Isabelle Draelants, Eclipses, comètes, autres phénomènes célestes et tremblements de terre au Moyen Age. Enquête sur six siècles d’historiographie médiévale dans les limites de la Belgique actuelle (600-1200), Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 1995

… et sur le Contra haereticos d’Hugues d’Amiens.

Rainer Berndt, «Le Contra haereticos de l’archevêque Hugues de Rouen († 1164) : les dissidents normands», dans Expériences religieuses et chemins de perfection dans l’Occident médiéval : études offertes à André Vauchez par ses élèves, dir. Dominique Rigaux, Daniel Russo et Catherine Vincent, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2012, p. 175-188.

Gilles Bounoure, « L’archevêque, l’hérétique et la comète », dans Médiévales: première partie: 14, 1988, p. 113-128; deuxième et dernière partie: 15 (1988), p. 73-84.

Dominique Iogna-Prat, « L’ordre de l’Église. Autour du Contra haereticos sive de Ecclesia d’Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen (c. 1085-1164) », dans Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 7 | 2013, mis en ligne le 11 juin 2013, consulté le 31 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/cem/12791 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.12791


  1. La même structure ternaire se trouve dans la chronique de Saint-Florent de Saumur pour l’année 1143. Voir Gilles Bounoure, « L’archevêque, l’hérétique et la comète », dans Médiévales, 14, 1988, p. 113-128 (p. 123) []
  2. 1145. […] Cometa uisa yemps tepida et arbores fuerunt steriles. [vac. C. 9 litt.] crematur quibusdam inhabitantium gladio et fame peremptis et alie multe heremitarum menciones in Brescelien et aliis forestis a quodam heretico ipsas forestas cum multis sequacibus inhabitante. []
  3. Ibi tecum aspeximus cometem praecipiti lapsu in occiduo ruentem, ruinam haeresis, quae in Armorico tunc scatebat, te protestante signantem. Ibi quidem coram orthodoxa praedicatione tua plebs haeretica stare non poterat. Eorum haeresiarches pertimuit, nec apparere praesumpsit. Hugues d’Amiens, Lettre à l’évêque Albéric d’Ostie (1147) introduisant le Contra hereticos sive de Ecclesia., éd. PL 192, col.1255B-1256B []
  4. Sicut enim fulgur exit ab oriente, et paret usque in occidentem: ita erit et adventus Filii hominis. Ubicumque fuerit corpus, illic congregabuntur et aquilae. Statim autem post tribulationem dierum illorum sol obscurabitur, et luna non dabit lumen suum, et stellae cadent de caelo, et virtutes caelorum commovebuntur : et tunc parebit signum Filii hominis in caelo: et tunc plangent omnes tribus terrae : et videbunt Filium hominis venientem in nubibus caeli cum virtute multa et maiestate. []
  5. Michel Fédou, Christianisme et religions païennes dans le « Contre Celse » d’Origène, Paris, Beauchesne, 1988, p. 38. []
  6. Origène, Contra Celsum, I, 59, éd. Marcel Borret, Paris 1967 (Sources chrétiennes, 132), p. 237. []
  7. « Son intention est de s’attaquer à l’hérésie en général (…) afin d’édifier l’Église, la défendre dans sa visibilité institutionnelle contre toute contestation hérétique » ; Dominique Iogna-Prat, « L’ordre de l’Église. Autour du Contra haereticos sive de Ecclesia d’Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen (c. 1085-1164) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, BUCEMA, Hors-série n° 7 : Les nouveaux horizons de l’ecclésiologie : du discours clérical à la science du social, 2013 (en ligne sur https://journals.openedition.org/cem/12791) []
  8. Hugues d’Amiens, Lettre à l’évêque Albéric d’Ostie (1147) introduisant le Contra hereticos sive de Ecclesia, éd. PL 192, col. 1255B-1256B []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search