« Punir la déviance religieuse à Rome », communication d’Hélène Ménard (9 mars 2018)

Hélène Ménard, maître de conférences en Histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, assurera une communication sur

« Punir la « déviance » religieuse à Rome, du sénatus-consulte des Bacchanales à la législation impériale contre les hérésies »

dans le cadre du colloque Figures contemporaines du théologico-politique (Montpellier, 9-10 mars 2018)

programme complet (pdf)

Résumé de la communication

La prise en compte par les sources normatives de ce que l’on pourrait qualifier de « déviance » religieuse permet d’envisager les rapports entre le religieux et le politique dans la Rome antique
La religion romaine, qui est avant tout une orthopraxie, est placée au sommet des valeurs de la cité. Si l’on suit l’étude de J. Scheid sur le délit d’impiété dans la Rome tardo-républicaine, un premier ensemble de délits religieux regroupe tout ce qui va à l’encontre de la pratique religieuse – infractions lors des rites, violations des règles sacrées, atteintes à un objet sacré (sacrilège)… Un autre ensemble regroupe des atteintes à la religion romaine dans son ensemble, comme un rejet de cette religion, et répond plus à la notion moderne de « déviance » religieuse.

Les principes et les évolutions de la répression pénale de conduites considérées comme déviantes pourront être retracés à travers l’étude du sénatus-consulte des Bacchanales (186 av. n.è.), l’édit contre les manichéens (début du IVe siècle de n.è.) et les constitutions impériales contre les hérétiques transmises par les codes tardifs. Ces sources normatives montrent que le traitement de ces « déviances » relève avant tout de l’ordre public.

 


Vous aimerez aussi...